Signal est-elle légale ?

Signal est une application tout à fait légale. Son principal objectif est d'établir des communications sécurisées entre deux ou plusieurs utilisateurs. Elle répond à ce postulat en vous permettant d'envoyer des messages textes, des images, des vidéos et d'autres types d'informations. Elle vous permet également de passer des appels vocaux et vidéo. Toutes ces transmissions sont cryptées et ne peuvent être consultées que par les personnes impliquées dans une conversation ou un groupe.

De plus, il est important de souligner que Signal est disponible au téléchargement dans les principales boutiques d'applications, telles que la Google Play Store ou l'App Store. Cela indique clairement qu'en plus d'être une application conforme à la législation de la plupart des pays, elle respecte les conditions d'utilisation imposées par Google et Apple.

Cette plate-forme de messagerie et son client officiel sont axés sur la protection de la vie privée. Ils ne collectent pas de données sur les utilisateurs et ne les analysent donc pas. Il n'est pas non plus possible d'intercepter les communications, grâce à son système de cryptage de bout en bout. L'application comporte également des outils d'autodestruction des messages et permet d'éviter les captures d'écran des conversations. Compte tenu de ses caractéristiques, Signal est-elle un environnement propice aux activités illégales ? La réponse est simple : pas plus que n'importe quel autre service de messagerie instantanée. Bien que WhatsApp recueille beaucoup plus de données sur les utilisateurs, elle crypte également les communications de poste à poste. Et Telegram, pour sa part, propose des tchats secrets dotés du même niveau de sécurité. En général, les utilisateurs de toutes ces applications en font un usage licite.

En conclusion, vous pouvez utiliser Signal sans vous préoccuper de la législation de votre pays. En fait, c'est une alternative très intéressante si vous souhaitez échapper au contrôle exercé par les grandes entreprises, telles que Facebook, sur les utilisateurs et leurs données personnelles.